FAQ

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

1. A quel âge peut-on commencer à pratiquer l’aviron ?

2. Faut-il savoir nager ?

3. Un certificat médical est-il nécessaire pour l’initiation ?

4. Est-ce un sport dangereux ?

5. Dans quoi rame-t-on lors de sa première séance ?

6. Est-il difficile de se diriger ?

7. Comment se protéger des ampoules ?

8. Peut-on ramer toute l’année ?

9. Les conditions climatiques peuvent elles annuler un entraînement ?

10. Si mon enfant ne souhaite pas faire de compétition peut-il quand même s’inscrire ?

 

1. A quel âge peut-on commencer à pratiquer l’aviron ?

L’aviron peut se pratiquer à partir de 10ans. Il n’y a pas d’âge limite, du moment que le rameur est en bonne condition physique.

Revenir aux questions

2. Faut-il savoir nager ?
Oui ! N’oublions pas que l’aviron est un sport nautique et qu’il n’est pas exclu que le bateau se retourne. C’est pourquoi le rameur doit savoir nager 50 mètres minimum !

Revenir aux questions

3. Un certificat médical est-il nécessaire pour l’initiation ?
Non, mais il est demandé pour toute inscription. Vous devrez également ajouter la signature de votre médecin sur votre licence que la fédération française d’aviron (F.F.S.A.) vous enverra. Pour les compétiteurs, le certificat doit donner l’autorisation pour la pratique de l’aviron en compétition.

Revenir aux questions

4. Est-ce un sport dangereux ?
Techniquement l’aviron ne pose pas de problème majeur. Les bateaux d’initiation sont conçus pour les débutants et pour empêcher un quelconque retournement. Les bateaux de compétition sont eux aussi aux normes de sécurité. De plus, le rameur peut demander au bateau de sécurité (canot moteur) de lui porter assistance en cas de problème.

Revenir aux questions

5. Dans quoi rame-t-on lors de sa première séance ?
Trois types de bateaux sont à disposition : bateau découverte, turbo (canoë), et une yolette. Le bateau découverte peut prendre un rameur à son bord et peut aussi prendre un barreur. Très stable (il est difficile de le retourner), il permet d’apprendre dans de bonnes conditions. Le turbo est un bateau un peu plus avancé que le bateau découverte. Aussi appelé la « banane » (à cause de sa forme et de sa couleur) il n’embarque qu’une personne. Également très stable, c’est le plus utilisé pour les premières séances .La yolette est un bateau pour quatre personnes plus un barreur. Sa taille et son poids lui permettent d’être stable sur l’eau et de partager le plaisir avec 3 co-rameurs !

Revenir aux questions

6. Est-il difficile de se diriger ?
La particularité de l’aviron est que l’on avance « à l’envers ». On ne voit pas où l’on se dirige. Donc il faut se retourner de temps en temps pour éviter la rive, un tronc d’arbre (ou une branche), ou d’autres bateaux éventuellement mal placés. Dans ces cas l’initiateur vous expliquera comment réagir pour tourner. Si un bateau se dirige droit vers vous et ne vous voit pas, n’hésitez pas à vous signaler en criant, vérifier qu’il vous ait vu et agissez en conséquence (en s’écartant ou se rapprochant de la rive). Merci de vous référer au plan de circulation affiché dans le club.

Revenir aux questions

7. Comment se protéger des ampoules ?
La pratique de ce sport crée parfois des ampoules sur la paume de la main. L’un des moyens pour l’éviter et d’apposer sur la paume des bandes adhésives (jetables car elles tiennent généralement moins d’une séance !). Les gants ne sont pas conseillés car les rames les abîmeraient.

Revenir aux questions

8. Peut-on ramer toute l’année ?
Si vous êtes inscrit pour toute une année oui ! Des horaires sont spécialement aménagés pendant la semaine pour accueillir les loisirs et les compétitions à des moments libres. Le club ouvre ses portes également durant les vacances et exclusivement de temps en temps pendant les jours fériés ! (Merci de vous référer au calendrier)

Revenir aux questions

9. Les conditions climatiques peuvent elles annuler un entraînement ?
Les seules conditions météorologiques capables d’empêcher l’entraînement sur l’eau sont le vent et l’orage. Le vent car c’est l’un des facteurs engendrant des vagues et donc très gênant pour ramer. Suivant sa force, le plan d’eau est praticable ou non. L’orage est susceptible aussi d’annuler un entraînement sur l’eau car un rameur peut attirer la foudre. Sur un plan d’eau « plat », tenant dans ses mains des avirons en carbones, le risque d’attirer l’orage est élevé. La pluie, le soleil, le froid, la chaleur n’annuleront pas les séances. Autres facteurs pouvant annuler des séances sur l’eau : le plan d’eau étant situé en amont d’un barrage, si celui ci se vide en grande quantité il se peut qu’on ne puisse plus aller sur le plan d’eau. A la suite de grandes pluies l’Isère peut entrer en « crue », avec un courrant assez violant entraînant parfois des bûches (ou autres objets flottants et volumineux) et pouvant causer des dommages aux bateaux.

Dans la section compétition les entraînements ne sont pas annulés. Nous disposons d’une salle contenant des ergomètres (ou aussi appelé des « rameurs »), et des appareils de musculation. Ainsi les encadrants trouveront toujours un moyen d’occuper les « compétitions ». Entre les séances de musculation, d’ergomètre, de renforcement musculaire (pour les jeunes), course à pied sur la digue, match de football, tous trouveront une occupation !

Dans la section loisir, la salle peut être elle aussi mise à disposition mais si un doute persiste concernant une annulation éventuelle de l’entraînement n’hésitez pas à appeler le club.

Revenir aux questions

10. Si mon enfant ne souhaite pas faire de compétition peut-il quand même s’inscrire ?
Bien entendu. N’oublions pas que l’aviron est à la fois un sport de compétition et un sport de loisir et qu’il peut se pratiquer librement dans les deux cas.

Revenir aux questions